Ecouter la traduction du ‘Orero

ÔRERO ÔMUARAA

Manava i te ruì tua tinitini !

Manava i te ruì tua manomano !

Manava òe e to ù fenua !

Maeva òe, e te Tomite Heiva !

Tena atu ia òutou paatoà te aroha rahi o te ao no mua roa e te ao no raro roa !

Maeva, ia ora e manava i to tātou fārereiraa i teie nei âruì.

Maeva òe e Tavana òire !

Maeva e te toa nui e

E fano mai òe ia mahora te raì

E fano mai to òe vaa ùra ma te hei ùra

O òe te horo tahua i nape firi toru i nā tuhaa e toru o te fenua nei,

Paèpaèhia, natihia i te taura here o to tāua nunaa

O ta òe i unuhi i te noànoà o te haumanava

Òe te aito i tātuahia i te haana tamaì o te parau hau

Òe te turuìraa o na tuhaa e vaù no to tāua àià

Manava ia òe e te toa nui e !

Ia tau hia òe, e teie nahoà tini i te hana o teie heiva 2006.

Tapaò aroha no toù àià mataèinaa Tevaitapu.

Mouà tei nià Ta-huhu-ùra

Nohoraa no te tāipe o to tāua àià,

Te tamahine huiarii ra o Vairaumati.

Tahua tei raro Tū-vavao

Teie tāua i nià i te tahua no Mōtoì,

Hohorahia ei tahua tihaniraa na te mau arii o te fenua nei,

Faaineinehia e Firifiri-a-mata-o-vavau

Ei faatupuraa i te haumanava,

I te ora hau o te fenua nei,

I rere tini mai ai te fanauà o te ûna,

I te imiraa mai i te poerava o Porinetia.

Apetahi tāua i te pae àpatoèrau,

Tiraha noa mai ra o Ativāhia.

E òutu to tai, Farerua e, i reira te marae faatau aroha.

Fāriu tāua i te ava nui,

Te vāhi fano mai ai te vaa tea

No toù àià Pora Pora Nui

Pairati hia e te mau ariòi.

E toù nunaa e, a ara !

ÔRERO D’INTRODUCTION

Je vous accueille vous les  nuits innombrables !

Je vous accueille vous les mille nuits !

Je t’accueille ô, ma terre !

Je vous salue ô experts avisés du Heiva !

Que l’amour de ceux du monde d’antan

Et  de ceux du monde d’en bas vous habite !

Je vous salue !  Que la vie soit en vous!

Je  vous accueille à  la rencontre de ce soir.

Je te salue, chef du district !

Je te salue ô grand  guerrier

Qui navigua jusqu’à nous pour que s’ouvre le ciel.

Ceinte d’une couronne écarlate

S’est approchée ta pirogue écarlate

Sur ce sol tu cours et, pareil aux fibres tressées

Tu réunis  les trois districts de cette île,

Porté, lié par les fibres que t’a tressées

L’amour de notre peuple,

Ivre de la senteur parfumée de la fête inaugurale, Annonciatrice des exploits.

Guerrier, vêtu de paroles douces et de tes armes,

Tu es le socle des huit districts

De notre terre natale nourricière

Je t’accueille, ô  grand guerrier !

Que la ferveur du Heiva 2006 vous habite,

O vous tous ici rassemblés !

En témoignage amical de ma terre

et de mon district Tevaitapu.

 La montagne qui nous domine est Ta-huhu-ùra

Réceptacle du symbole de notre terre nourricière,

Vairaumati la princesse.

La place de prédilection est Tu-vavao.

Nous sommes maintenant sur la place Motoì,

Ouverte à la séduction des rois de cette île,

Et apprêtée par Firifiri-a-mata-o-vavau

Pour que soit célébrée la fête inaugurale,

Annonciatrice des exploits

En l’honneur de la vie sereine de notre île,

Vers qui vole la foule des glorieux messagers

A la recherche de la perle de Polynésie.

Regardons vers le nord,

Là où s’étend Ativāhia.

Voici la pointe Farerua, où s’élève

Le marae du souvenir et de l’alliance

Vers la mer elle s’avance.

Tournons-nous vers la grande passe,

Par où la pirogue blanche est entrée,

En l’honneur de Bora Bora ma terre nourricière,

Elle est  guidée par les Arioi, nos  baladins.

Ô mon peuple, sois vigilant !

__________________________________
Heimata SARTI-MAIRAU 

Avec le concours d’Annie Chang pour la langue tahitienne et les éclaircissements linguistiques et culturels de Mirose Paia

Una et unauna, et fanauà ùnauna (no te Tumu Nui) désignent ici les glorieux enfants (du Tronc), en l’occurrence les premiers navigateurs sur leur pirogue sans balancier. Cette désignation fut le fait de Vaita Grand prêtre de Raiatea lorsqu’il prophétisa l’arrivée des premiers Européens. Voir à ce sujet Teuira Henry, Tahiti aux temps anciens, Paris, Société des Océanistes, 2004, p 16.

Cette appellation était chère aussi à Henri Hiro. Il l’avait reprise pour désigner les étrangers : il avait li interprété une pièce à l’OTAC (l’ancienne Maisons des Jeunes et de la Culture ) où il évoquait la pirogue sans balancier prophétisée par Vaita.