Ecouter la traduction du ‘Orero

’OPERE NO TE ’ORO’A AVARIRAA
I TE TAHUA
« TE TAUARII VAHINE »
15 NO NOVEMA 1989.

E teie naho’a tini ē, Mānava.
E te hui mana ē, Mānava.
Mānava hua i te ta’irurura’a mai
E fa’ahanahana i te ’ōro’a nei,
Te ’ōro’a nei nō te fārereira’a.
’E ’oia mau !
Fārereira’a nō tēie i tenā
Fārereira’a nō tenā i terā
Fārereiraa ho’i nō terā i tēie.
’E ’oia mau !
Fārereira’a nō te hotu i te ’āma’a
Fārereira’a nō te ’ama’a i te tumu
Fārereira’a nō te tumu i te a’a
E fārereira’a ho’i nō te a’a i te fenua
I ti’a ai te parau ē,
Tō’u aro tō’u fenua
Tō’u tua tō’u fenua.
I ti’a ai te parau ē,
Tō’u aro tō’u ’āi’a,
Tō’u tua tō’u ’āi’a.
’Oia mau ā ē ’oia.
Mānava e mānava hua i te fārereira’a
I ni’a i te tahua nei
Te tahua « TETAUARII VAHINE »
« TE TAHUA TETAUARII VAHINE ».
Tari’a mai na rā i tō tari’a
I te fa’ateni a te maūri tupuna
‘Ei piha’a ora fa’atupu vaipu’e,
‘Ei hupe tāhiri rorofa’i,
‘Ei fa’atara nō te a’au.
‘Ē ho’i ! […]
Te ’ā’ai tēie nō Tetauarii vahine
I tō i nā maeha’a nō Tipaeru’i.
Tipaeru’i nei ē
Vāhi tīpaera’a nō te rātere te pō
Tāhiri noa mai ai te hupe o te fa’a
E tari noa mai ra i te no’ano’a
O te maire ro’o rahi
E mou’a tei ni’a ‘o Tara ’ura
Hipara’a nā te mau rātere
Pape iti mā ho’i ‘o Taupo ē
Hopura’a nō Tetauarii tāne.
E ’inaha !
‘Ua ti’a tara tini te ’ōmore i te to’o’ā o te rā
E reo haruru nō te pahu i te nā ’ōra’a mai ē
Tetauarii ē ‘a tū !
‘A horo ’ōtu’i e pāruru i te ’āi’a,
’Eie mai nei tō Manotahi tītau ra i tō marae tupuna.
‘Ua turori rā te mana’o o te ’aito
I te mea ‘ua tō te vahine
’E, tē autā ra te māuiui fānau.
Reo iti rā nō Tetauarii vahine
I te paraura’a mai ē
E utu’a teie
E utu’a tenā !
Haere rā e tā’u here iti
‘A ti’a ‘a mau i tō ’omore
Fa’aora i tō nuna’a.
‘A amo rā ’oe i tā ’oe
E amo ho’i au i tā’u nei.
Tōpata iho ra te roimata o te ’aito
’E, reo iti tu’itu’i i te nā ’ōra’a atu ē
’Auē rā ia tāua ē
’Oe iti ana’e ia teie.
‘Aita rā Tetauarii Vahine i ha’amarirau
E pāhono atu ra i te hoa nōna ra
Atirā na tāua i te mārō
Fārerei ā tāua.
’E ’inaha atu ra !
Tei te tahua ’arora’a Tetauarii tāne
‘ re’a te mana’o ra tei te ’ūtuafare ia.
’E roroma iho ra,
E tarapapae iho ra te puai o te ’aito
I te ’ōmore tara tini a te nuu toa.
‘Ua tāpapa horuhoru noa mai
’O Tetauarii tāne i te vahine nāna ra.
A tae ho’i ē ! A tae ho’i ē !
E piti tama i te pito hō’ē !
Nā maehaa iti, ‘ua mate
A tae ho’i ē ! A tae ho’i ē !
‘Ua mate ato’a te metua vahine.
Nā tai ē nā uta
‘Ua vevo te ’oto a te hoa iti
‘Ua vevo te ’oto a te hoa iti
‘Ua tā’iri’iri ‘e ‘ua taupe te upo’o o te ’aito.
E aha atu ra rā, e aha atu ra rā ia !
‘Aita atu ihoā !
Mau iho ra Tetauarii nā tino to’otoru
E tēie naho’a tini ē
‘O te ’ā’ai ia nō Tetauarii vahine ’e nā maehaa.
’E, ‘ia vevo ā ’e ‘ia vevo ā
Te reo nō Tetauarii Vahine
E muhumuhu noa mai ra
I te pū tari’a nō tāua nei ē,
« ‘A amo ’oe i tā ’oe
Tē amo nei ho’i au i tā’u ».
Mānava !

LE TEMPS PARTAGÉ DE
L’INAUGURATION DU PARVIS
« TE TAUARII VAHINE »
15 NOVEMBRE 1989.

Ô grande assemblée, je vous accueille
Et vous les puissants, je vous accueille aussi
Je vous salue et vous accueille, ô tous ici réunis,
Pour ensemble célébrer la fête,
La fête de la rencontre.
Oui, je la proclame!
Ma rencontre avec toi
Ta rencontre avec l’autre
La rencontre de l’autre avec moi
Oui, je la proclame !
Rencontre du fruit avec la branche
Rencontre de la branche avec le tronc
Rencontre du tronc avec la racine
Rencontre aussi de la racine avec la terre
Pour que s’accomplisse la parole,
Ma terre est mon visage
Ma terre est mon dos.
Pour que s’accomplisse la parole,
Mon visage est mon île natale
Mon dos est mon île natale
Oui, je la proclame encore
Je vous salue et avec amour vous accueille à cette rencontre
Sur cette place
La place de Tetauarii Vahine.
Oui je dis bien la place de Tetauarii Vahine.
Vers moi tendez l’oreille et écoutez
La louange des esprits des ancêtres,
Qu’elle soit source vivante génératrice de la crue
Qu’elle soit rosée du soir génératrice des vents puissants.
Qu’elle soit chant guerrier montant du récif
Oui, assurément je la proclame.
Voici la légende de Tetauarii vahine
Qui conçut les deux jumeaux de Tipaeru’i,
Ô Tipaeru’i, ici même,
Toi, le refuge des voyageurs de la nuit,
Tandis que de la vallée souffle la brise du soir
Et qu’elle apporte les effluves insistantes
De la fougère “Maire” tant renommée
La montagne Tara ’ura se dresse là haut,
Elle qu’admirent les voyageurs,
Et Taupo la bien aimée est une rivière limpide,
Le bain de Tetauarii tāne.
Voyez !
Dix lances se dressent pointées à l’ouest,
La langue sonore du tambour retentit
et clame : “Ô Tetauarii lève-toi !
Va, frappe, et sauve la terre de ta naissance
Voici qu’arrivent les hommes de Manotahi
qui convoitent le marae de tes ancêtres”.
Mais dans son coeur le guerrier hésita
Car sa vahine était sur le point d’enfanter
Je le dis : elle gémissait prise par les douleurs.
Tetauarii vahine dit alors de sa voix affaiblie:
“Ceci est mon devoir
Cela est ton devoir !
Ô mon amour, va
Dresse toi, prends ta lance
Et sauve ton peuple.
Accepte ton devoir
J’accepterai le mien.”
Une larme, pleura le guerrier
Et d’une voix faible et vacillante, il répondit :
“Quel malheur vient nous frapper !
Tu seras seule, mon amour.”
Mais Tetauarii vahine ne tarda pas
Et à son amant répondit :
“Cessons d’être obstinés
Nous nous retrouverons”.
Voyez maintenant !
Sur le champ de la bataille se trouve Tetauarii tāne
Mais ses pensées auprès des siens sont restées.
En lui décroissent
La force du guerrier et son courage,
Devant les lances nombreuses des guerriers en armes.
Défaillant, Tetauarii tāne
Repart vers sa vahine.
Deux fois malheur !
Deux enfants au même nombril, un seul,
Les jumeaux chéris étaient morts
Deux fois malheur !
Etait morte aussi la vahine.
De la mer jusqu’à la montagne
Le cri de l’amant résonna
Le cri de l’amant résonna.
Désespéré, le guerrier baissa la tête :
“Qu’en sera t-il, qu’en sera t-il désormais !
N’y a t-il plus rien à faire !”
Dans ses bras Tetauarii a serré les trois corps.
Ô vous ici rassemblés,
Ainsi s’achève la légende de Tetauarii vahine et de ses jumeaux.
Que résonne et résonne encore
La langue sonore de Tetauarii,
Insistant murmure à vos oreilles
Et aux miennes :
“Accepte ton devoir
J’accepte le mien”.
Je vous salue tous avec amour !

Assemblée de la Polynésie française 25-03-2014
Journée culturelle et scolaire du concours ‘orero du second degré

__________________________________
OTAC, Mai 1990 John MAIRAI

Avec le concours d’Annie Chang pour la langue tahitienne et les éclaircissements linguistiques de Mirose Paia et de Jacques Vernaudon

Le vers “Deux enfants au même nombril, un seul “, semble indiquer qu’il s’agirait de siamois reliés par le tronc. Le détail est d’importance, car fait écho au motif du fameux pétroglyphe retrouvé dans la vallée de la Tipaerui et conservé au Musée des îles (voir photo infra ; ce motif est devenu le symbole de la Maison de la Culture).

Emissions animées par John Mairai sur T.N.T.V.

– Te ta’o e te parau « Le mot et la parole »

– Faatia mai « Raconte moi ».